MANAGER REGLEMENT CALENDRIER STANDINGS PLAYER STATS TEAM STATS FREE AGENT POTENTIEL FREE AGENT DRAFT PREVIEW FORUM ARCHIVE

Team News

Matchs 1 des demi-finale de conférence Mardi, avec les rotations à poster avant 20h00   
Premier tour playoffs 1997-98 : Les Knicks et les Grizzlies KO debout


Une saison régulière à dominer la ligue soir après soir. 82 matchs à conforter son statut de tenor de la conférence et à l'arrivée, une sortie prématurée au premier tour, voilà qui a de quoi décevoir à la fois les fans, les joueurs eux-même et le staff des franchises concernés. Cette année et un peu comme l'année passée, les surprises n'ont pas manquées lors de ce premier tour de post-season. Ainsi, 2 équipes en particulier ont subis la loi d'équipes supposées plus faibles et c'est donc avec une grande surprise que les Knicks et les Grizzlies ont rendus les armes très tôt dans cette post-season.

Pour Memphis, la blessure de Shaquille O'Neal pour le game5 a indéniablement handicapée sa franchise, lui qui en est le pillier au sens propre comme au figuré. Mais pour autant, le big shaq daddy n'a pas été le plus dominant lors des 4 premières rencontres. Auteur de 16.3 points et 7 rebonds en 27 minutes seulement, il a parfois été limité par ses fautes et parfois par le coach lui même. Sans son point d'ancrage dans la peinture, Larry Johnson a dévissé dans son adresse, l'intérieur ramenant un piteux 37.3% aux shoots. Et c'est finalement toute l'équipe qui a sombrée face à une franchise du Jazz portée par un Grant Hill de gala, l'ailier all star tournant à 25 points et 10 rebonds de moyenne. Utah qui s'est montré impitoyable et bien plus impliquée que les Grizzlies et qui gagnent donc le droit de poursuivre l'aventure malgré une 7ème place de la conférence à l'issue de la saison régulière.

Pour New York, le constat est à peu de choses près identique. Premier de la conférence à la fin de saison, les Knicks chuttent dès le premier tour face à Boston sur le score de 3-1. Impitoyable, Chris Webber ( 25.5 pts et 9 rbds ) a fait oublier sa dernière campagne de post-season ratée. Intenable, l'intérieur a fait vivre un cauchemar au New Yorkais et frappé là où ça faisait mal, à savoir le secteur intérieur qui s'est montré particulièrement défaillant pour les hommes de la grosse pomme. En face, Anfernee Hardaway a bien tenté de répondre avec 20.8 points, 4.5 rebonds et 4 passes mais son adresse en berne ( 36.9% ) démontre aussi toute ses difficultées à porter de l'avant sa franchise. Et comme son lieutenant Jamal Mashburn ( 15 points à 40% ) a rencontré les mêmes problèmes, impossible dans ses conditions de justifier le statut de favoris qu'ils avaient au début de la série. Pour les Celtics, cette qualification permet de gommer l'humiliation subie l'an dernier à la même époque avec une sortie dès le premier tour dans le costume pourtant de favoris.

Dans les autres séries, le finaliste de l'an dernier Houston n'a rien pût faire pour combler l'absence de Karl Malone. Sans leur intérieur blessé et malgré un Michael Jordan au four et au moulin ( 34.3 pts, 5.8 rbds, 4.8 pds ), les texans s'inclinent logiquement face aux Clippers. Autre équipe texane qui s'impose cette fois, les Mavericks n'ont pas tremblé pour se défaire des Warriors qui ont déjà réussis un bel exploit en ralliant la post-season. Enfin, dernière série à l'Ouest, la jeunesse des Supersonics n'a fait qu'une bouchée de l'expérience des Spurs. Incapable de rivaliser face aux assauts de Duncan et autre Wallace, les Spurs ont montré de sérieuses limites et Zeke aura certainement un bilan de tout cela une fois l'intersaison venue...

Dans la conférence Est à présent, Indiana n'a fait qu'une bouchée des Hornets. Equipe surprise l'an dernier, les frelons sont un peu retombés dans le rang cette année et cette nouvelle élimination risque d'avoir de grosses conséquences sur le groupe en place. Avec une masse salariale explosée et des joueurs qui ont montrés leurs limites dans les moments chauds, Chris008 pourrait être tenté de repartir sur un nouveau cycle en se séparant de certains éléments importants de l'équipe.

Autre équipe qui peut tirer un bilan similaire, le Heat n'est pas parvenu à passer l'obstacle du premier tour. Qualifié en 4ème position de la conférence à l'issue de la saison, Miami n'a jamais vraiment réussit à hausser son niveau de jeu en playoffs face à des joueurs de Cleveland habitués à renverser les pronostiques depuis leur brillant parcours de l'an dernier en post-season. Visiblement très déçu par cet échec, le gm a d'ors et déjà annoncé du changement à venir durant l'été.

Enfin, dernière série qui a tenue en haleine toute la ligue, le duel opposant les Pistons aux Daredevils. Si les champions en titre s'imposent finalement, il s'en est fallu d'un rien pour qu'ils partent prématurémment en vacances. Vainqueur dans la douleur sur le score de 3-2, les hommes de Kaboom ont certes subis l'absence du précieux Nate McMillan, mais d'une manière générale, ils sont apparus très fébrile, et il faudra qu'ils montrent un tout autre visage dans le duel qui s'annonce face à Indy.
.


Conférence Est

Starting Line-up
C Hakeem Olajuwon C Marcus Camby
PF Shawn Kemp PF Donyell Marshall
SF Chris Mullin SF Lucious Harris
SG Hersey Hawkins SG Brent Barry
PG Rod Strickland PG David Wesley

Deux salles, deux ambiances...D'un côté, une équipe qui a déroulé son basket lors du premier tour en s'imposant avec panache par 3-0 face à des Hornets totalement largués. De l'autre, une équipe passée à un cheveux d'une élimination et qui a dût aller chercher on ne sait où pour trouver la ressource de se sortir d'un tracenard tissés par les Pistons. C'est donc peu de dire que la confiance n'est pas du tout au même niveau entre les deux franchises opposés lors de ces demie-finales de conférence. Pour autant, si la dynamique est favorable aux Pacers, Indy sait parfaitement qu'il devra se méfier des Daredevils. Car si la deuxième franchise de NY est dans le dur, il n'en reste pas moins que les joueurs de kaboom sont bel et bien les champions en titre. De même, si le départ de Jeff Hornacek a fait plus de mal que pensé initialement, l'effectif des New Yorkais présente tout de même de sérieuses garanties, à commencer par son trio Olajuwon - Kemp - Strickland. Si les trois parviennent à maintenir un bon niveau de jeu et que les papys Hawkins et surtout Mullin retrouvent un peu de fraicheur, alors les Pacers devront se dépouiller pour s'imposer, ce d'autant plus que l'expérience manque cruellement à ces jeunes joueurs. Sur le papier, les joueurs d'Elgobi peuvent aussi faire valoir de belles choses avec le défensif Marcus Camby, l'intérieur fuyant Donyell Marshall et le duo d'arrière sobre mais efficace David Wesley - Brent Barry. Sur le banc, la présence rassurante d'un Dennis Rodman devrait faire du bien dans une série où l'intensité et la roublardise de ce dernier devraient faire un bien fou à Indiana. A priori, le duel a tout pour se prolonger vers un possible 7ème match. A moins que la tendance du premier tour ne se confirme et que les Pacers continuent de créer la surprise dans une saison déjà réussie pour eux.

Starting Line-up
C Greg Ostertag C Chris Webber
PF Charles Barkley PF Robert Horry
SF Glenn Robinson SF Cedric Ceballos
SG Jim Jackson SG Bobby Phills
PG Kenny Anderson PG Darrell Armstrong

La deuxième confrontation de la conférence Est accouche d'un duel à priori équilibré. Car en s'imposant face à New York, 1er de la conf, les Celtics ont pris d'un coup plus de crédits au sein de la ligue. Intenable sur le premier tour, le duo Chris Webber - Robert Horry a démontré qu'il pouvait poser problème à n'importe quelle franchise. A l'arrière, Bobby Phills et Darrell Armstrong ont parfaitement tenu le rôle de chiens de gardes, grâce à leurs qualités défensives au dessus de la moyenne. Quand à Ceballos, son irrégularité a parfois été compensé par sa capacité à prendre feu à tout moment dans le cours d'un match. En face, les Cavaliers se forgent peu à peu une réputation d'équipe de playoffs. Brillant l'an dernier déjà en post-season, ils ont sût renversé une situation compliquée lors du premier tour pour s'imposer face à Miami. Si l'irrégularité du groupe n'est plus à démontrée, il n'en reste pas moins que la qualité individuel des Robinson, Jackson ou autre Anderson peut permettre à la franchise de s'imposer contre n'importe qui. Preuve en est avec les énormes prestations tour à tour de Barkley lors du game3, de Jackson lors du game4 et d'Anderson lors du game5 du premier tour. Grâce à son quator,Tkalba sait qu'il peut à tout moment déjouer les pronostiques pour peu que l'un des 4 prennent feu. Davride, le gm de Boston est donc prévenu, il faudra cadenasser les assauts offensifs des Cavs pour espèrer triompher..
 


Conférence Ouest

Starting Line-up
C Gheorge Muresan C Dikembe Mutombo
PF Arvydas Sabonis PF Dino Radja
SF Doug Christie SF Scottie Pippen
SG Mitch Richmond SG Dell Curry
PG Mark Jackson PG Gary Payton

Leader de la ligue au niveau du bilan à égalité avec Vancouver, les Mavericks n'ont pas tremblé lors du premier tour pour se défaire des Warriors. Vainqueur en 4 manches, Dallas a démontré que l'homoginiété de son groupe était un vrai atout à l'heure des playoffs. Car sur le papier, les texans ont la chance d'avoir un groupe dense d'où le danger peut venir de partout. Tantôt, c'est le duo d'intérieur Muresan - Sabonis qui martyrise les peintures adverses, et d'autres fois, ce sont les assauts répétés de Doug Christie ou le poignet diabolique d'un Mitch Richmond qui peuvent faire la différence. Le duel qui attend les joueurs de slam pour ces demi-finales est donc des plus enthousiasmant, car en face, les Clippers ont justement du répondant sur bien des postes. La peinture Mutombo - Radja est ultra complémentaire, tandis que Payton est un vrai chef d'orchestre pour cette franchise. Enfin, l'expérience d'un Pippen ou d'un Curry sont autant d'éléments positifs sur lesquels Herta pourra s'appuyer. Vainqueur des Rockets de Houston au première tour, pourtant finalistes de l'an dernier, les californiens ont démontrés qu'il faudrait compter sur eux dans cette post-season. Surtout, une certaine nervosité règne entre les deux gms depuis le trade de Scottie Pippen en cours de saison vers Los Angeles. Ce duel devrait donc offrir de l'électricité à la fois sur le parquet, mais aussi en dehors avec des prises de bec possibles entre les deux staffs...

Starting Line-up
C Jermaine O'Neal C Vlade Divac
PF Tim Duncan PF PJ Brown
SF Rasheed Wallace SF Grant Hill
SG Bryon Russell SG Aaron Mckie
PG Howard Eisley PG Kevin Johnson

Seule équipe avec les Pacers à avoir conclus son premier tour par un sweep, les Sonics étaient venus facilement à bout des Spurs, pourtant pas les premiers venus. Il faut dire que la fougue et la jeunesse des joueurs de Seattle a vite eût raison de l'expérience et des vieilles jambes de Stockton and Robinson. En pleine confiance, c'est donc avec une envie de bien faire que les coéquipiers d'un Tim Duncan impérial cette saison se présente face à des joueurs du Jazz qui auront bien envie de créer une nouvelle surprise après avoir réussit à sortir assez facilement finalement les favoris de Vancouver. Intenable sur ce premier tour, Grant Hill aura fort à faire cette fois lui qui sera opposé à un Sheed Wallace bien plus athlétique et défensif qu'un Rider. Cependant, le nice guy d'Utah a tout le talent pour confirmer son excellente forme actuelle et il faudra donc que Duncan continue d'enchainer les performances, lui qui n'est que rookie malgré la maturité de son jeu. Au niveau extérieur, la clef de la série sera certainement la capacité d'Howard Eisley a limiter l'apport de Kevin Johnson, coéquipier modèle et joueur assez sous-estimé malgré son excellent rendement. On le voit, l'incertitude plane vraiment sur cette série avec des matchs-up assez déséquilibré sur plusieurs postes et ce devrait donc être les rôles players et leur capacité à limiter leur vis à vis qui fera basculer la série en faveur d'une franchise en particulier.

 
~~ Fantasyleague commish ~~




Distinctions individuels de saison
Conférence Est Conférence Ouest
Player of the Week (24) Player of the Week (24)
Ray Allen | SG | Miami Heat
26.7 pts, 4.7 rbds, 4.3 pds

Tim Duncan | PF | Seattle Supersonics
28.0 pts, 10.3 rbds, 4.0 pds
Non qualifié en playoffs l'an dernier, Ray Allen a rectifié le tir cette saison avec le Heat. Le shooteur d'élite a réalisé une belle campagne ponctué par ce titre de joueur de la semaine. 3ème de la conférence Ouest avec son équipe des Sonics, Tim Duncan a totalement modifié sa franchise dès sa première saison dans la ligue. Une star en puissance.
Player of the Month (6) Player of the Month (6)
Kobe Bryant | SG | Toronto Raptors
24.6 pts, 5.5 rbds, 2.9 pds
Shareef Abdur-Rahim | PF | Phoenix Suns
24.7 pts, 9.0 rbds, 1.6 pds
Auteur d'une belle saison sur le plan personnel, Kobe Bryant peine toujours à faire décoller son équipe des Raptors. Des changements s'imposent dans l'équipe canadienne. Alors que son équipe échoue finalement aux portes des playoffs, Shareef Abdur-Rahim n'a rien à se reprocher. Toujours aussi performant, il s'est imposé comme l'un des meilleurs.
Rookie of the Month (6) Rookie of the Month (6)
Tracy McGrady | SF | Chicago Bulls
25.2 pts, 7.5 rbds, 2.3 pds
Tim Duncan | PF | Seattle Supersonics
25.1 pts, 8.7 rbds, 3.4 pds
Ayant remporté tout les titres de rookie du mois à l'Est, T-Mac échoue de peu pour le trophée de meilleur débutant, mais son impact aura été salué par bons nombres d'observateurs. Timmy remporte donc le titre de Rookie of the year après une bataille tout au long de la saison avec l'autre phénomène des Bulls, le bondissant Tracy McGrady.


 
Match 1 des demi-finales de conférence Mardi, avec les rotations à poster avant 20h00